Saturday, 3 December 2016

Hello...to myself so far and maybe for more time which is fine.

Bear in mind that English is not my first language.

Some 43 years ish, from today the 14th of June 2016, , took place what is categorised by man  under the word kundalini, of course when it takes place it does not come to the brain mind that it is kundalini which is taking place, such word have no place when it is happening.

Still with my parents, in my bedroom at night time, another dream as often was on, and for once this dream seems to have gone to its full extend and brought with it a sort of strange well being, strange in the sense, not seen before, it was nothing  to worry about or whatever else, it was there that is all..

then from the very bottom of the spine, exactly like when coming to a physical orgasm , for a male is what I know, from this bottom a sot of movement took place and practically immediately it reaches the centre of the brain-skull and the impression at the time was the one to be connected, what was I connected to? I cannot answer that and to be honest it did not matter because the well being of the dream was amplified by a lot, that was sufficient and full contentment in itself so there was no point to be asking question at all...

I got up, opened the windows and shutters , and just sort of globally looked, all was tainted with some sort of never lived before amazing Goodness and "energy", impossible to describe all this was just absolutely and totally fulfilling...peace was there..not the peace of man after he destroyed everything, of course , that is death and ashes only.

contentment it was. Then all of a sudden, I heard a female voice right in the middle of the head, to know the effect is possible, just put on a pair of headphones and listen to any voice, not music, but turn off the stereo mode and listen in mono mode, there you are, you have exactly what took place.

On the spite of me all this what taking place by itself, I was not at any moment responsible for this nor for what follows. The voice I was hearing was using a language I did not know, yet I would understand what she was saying, it was not deep huge revelation about the future of man, but a simple and totally really concerned question about how was I feeling, she really meant to ask this question, she wanted to know how I  was , I was not surprised at all by all this at any stage at all, all this seemed natural, still seems so .

And in the spite of me I know how to answer in this telepathic talk, I just had to bring down this energy centred in the head down to the bottom of the spine and bring it up again right in the head and then i was able to answer her question, then it last for sometimes but I lost track of what was said, and she said do not try to have it back you will not succeed. Then all turned itself off, the total bliss and contentment went away, all the visual effect and all amplified sensations too, and impossibly there was not a second of disappointment that all this was gone...this is a vital piece I will come back to when the time to speak of that will be appropriate.

there would be more to it for myself as a matter of  involuntary experimentation but the nature of the "content" is impossible to be told as it was, total peace and contentment would perfectly fit here as well as the sense that ( here are the exact words I said to myself at the time) : if this is possible and it is as it just took place, then everything is possible !!!!

Not everything in man's desires terms of course, but apart from that yes all is possible.

I stop this short but enough version of this moment for now and next will be another experience on that wavelength a year ish after that first one....to be continued so....

Any wise question is welcome...I may or may not be able to answer but we'll see.

cheers..



After examining the human situation for many years, I have to say I find no hope for the future whatsoever. It would be too controversial to predict a time, but all the trends and indicators are pointing to the complete demise of the human race (and so almost all life on the planet) rather soon. There is tremendous upheaval and suffering coming, like nothing ever before.
As I said, it is difficult to find any question to ask. Perhaps the only one that comes is:
What is our response to all this?

Well , when one read any media, sure it is totally hopeless, they want the flock of sheep to be in that frame of mind, as it is easier to control, fear and rewards as well as violence when needed are enough for the few insane creatures to control us...this is and old recipe...ice is melting , nothing proves that it is mankind job but plain main media propaganda, as it seems that this and much worse took place in some past when man was not polluting..
I have read in many reviews that the Co2 amount is what comes after any rise in global heat...and not the opposite as al gore was trying to sell us , not even for free, as he sold tons of his DVD, and it seems that if the Arctic would be sort of melting, the Antarctic would be quite the opposite...
Anyway, it melts here and not there and so what ? This is thought sweating of terror due to fear..fear being escapism, what is escaping what ??
that is the usual way the leaders, always lying and violent, apart from the very few, keep the flock (all of us here) at hand..
The planet seems to go mad, for me not more that when I was young, the thing is just that what was hidden before now is showing itself up..sort of coming out in fact..since my childhood, I am born in 1955, I have found that this human insanity was there,deep don rooted all over the place, I could touch it everywhere, and when reading a history not written by the winners in fact, we just see a sort of constant insanity going on since ages....we are mad-insane...refusing to cooperate and share.....so we have war...
All this is the result of thought using itself as a tool....It was not meant for that as a so called adult...so we are still children, not knowing it of course and we became demented...many roots for that of course..
the leader wants us to have fear and to hope, then we are not in the present apart from mechanically only, well it still works...of course we are not a collective species anymore...so the leaders just have to fight us one by one....when we decided without knowing why and all what it means, to accept so called competition, we the flock of earth have started our own destruction, mental or mental and physical..
The major human problem here is not ice melting or not, the problem is that each one is fighting each one because each one is totally lost within the matrix of thought, caught in opposite choice like good for me or not ,me the leader, the one who always know about everything in its own eyes, not knowing anything deeply for oneself etc our karmic present since ages........because we are told since childhood....and most believe that, when one believes it means in fact : I don't know..and here starts one major mistake, instead of staying with "I don't know" so that thought has nothing to say about as there is nothing in the memory to analyse, I transform in into a belief that will be stored in the memory then thought can analyse it, talk about it ...when in fact there is nothing but illusion...
Science tried to be a new god....its failure,like politic and religion is patent apart for some tools,but what is surprising in that, thought deals with practicality and find out tools...that is juts natural process going on..
winter is too cold so we get central heating, summer is too hot so we get air conditioning, we hate rain when it is vital, we hate changes when it is the fundamental nature of "things" , I could go on for weeks but that would be useless..it is just about thought being working alone so using itself according to personal random desires only, desires we usually know nothing about, all this is totally inadequate for life, thought is for me only a survival tool,yet it is absolutely vital as a part of a whole but it is not enough as a capacity to be able to live...so we survive...not related to anyone, anything at all....
we need to have our lost capacities back, for me if things go wrong I have seen that this must take place, this mess is not incidental, thought must fail for our other capacities to be...first signs of it are from very young when one has fear, suffers, is anxious, uncertain etc etc ..but no educator not parents apart from exception have any clue about that....k was one having some very deep clues....
first step is there are problems ,what are they..?
Is thought again going to tackle such question..if so nothing deep will take place...this is where we are...
When people are linked with themselves and not running away like we mentally do, with at least some depth of life, then they cooperate simply because this is a natural order of things, of the Origin, , then when a problem like oh my god we are all going to drown arises..then as a group we deal with it by seeing what the problem is first, and do what can be done...together...but this is not our actuality , ours is fight...
it is very simple but thought has made it too complex and has no more good clues anymore..

Wednesday, 2 November 2016

Derriere l'allégorie, le mythe, des faits de notre passé oublié.
JPEG ....
Adam et Eve......oui c'est cela.
 Pour faire très court, humour bien sur car je ne fais jamais court, à partir de ce que je perçois, ceci est la tentative de transcription de visions non intellectuelles, non basées sur la pensée.

Pensée qui n'est pas notre seul "outil", les autres étant en général en dormance.. visions qui dès lors ne sont pas personnelles avant tout bien sur.. et donc sont globales-collectives avant toute chose donc valables pour tous, non pas en tant que croyance mais en tant que expérience possible pour tous.. puis viennent se poser sur le personnel en douceur ou pas et l'influencer jusqu’à potentiellement provoquer des changements radicaux ...

C'est ce qu'il nous faut non ?? Des changement radicaux, oui mais que ou quoi ou qui changer ??

Nous vivons le temps des coups de bâtons au propre comme au figuré, après le temps de la carotte c'est difficile à digérer, à vivre... Certains le vivent depuis longtemps, leurs coups de bâtons venant de nous même. A notre tour, car qui vit par l'épée périra par l'épée.

Nous vivons donc ce que nous ne faisons que lire dans des livres d'histoire très mensongers, et là c'est moins drôle !! Avec quand même des biens en profusion pour une majorité encore mais qui va diminuant. On a là devant nous la preuve que la possession physique ne mène à rien de "bon" mentalement, ceci sera bien sur nié pour ne pas perdre pied..

Mais pour le moment cela ne remonte pas encore à notre neurone. Ceci n'implique pas son opposé qui serait de ne rien avoir du tout, ni abris ni à manger, ne pas tomber dans la "connerie" inverse non plus, s'il vous plaît ! merci.

Aux temps de la carotte certains mettaient en garde contre la suite, ils ne furent pas écoutés bien sur... l'heure était à la gloire personnelle, à l'enrichissement personnel, qui même mineur part du même principe intellectuel, l'extension du "moi je" dans la matière, dans l'objet, dans la possession, heures regrettées aujourd'hui, ce qui signifie que de compréhension de quoi que ce soit à ce niveau il n'y a toujours pas... alors les coups de bâton vont continuer... car ce système qui est fini depuis un moment en appelle un autre, et cet autre monde ne pourra plus être basé sur la primauté de chaque "moi je", en conflit permanent les uns avec les autres par l’intermédiaire de notre croyance stupide et non fondée en cette soi-disant compétition, qui garantie ce qui se passe, comme cela garantie la guerre, la torture, le vol, la tricherie, l'insécurité etc etc et la souffrance permanente des humains même si cela est inavoué... car bien sur "moi" je vais très bien : mensonge !!!

Ces heures passées d'extension de soi même dans la possession sont regrettées car cela est un des moyens qui marche encore un peu d’essayer d'oublier une vie de "merde" sur le plan mental en ne vivant que pour le futur.... qui n'existe pas... le présent ou la souffrance est est alors caché en apparences... mais mais nous oublions que cela est illusion, faux et que notre mental n'est pas un ensemble homogène mais hétérogène, avec plusieurs "composantes", dont une est devenues non consciente depuis notre passage est mode "pensée superficielle" .. l'utilisation de superficielle n'est pas une valeur donnée à cela, le superficiel a toute sa place mais .. à sa place là où il est vital, car il est vital, l'utilisation de superficiel désigne l’objet de l'analyse auquel se rattache cette pensée ou processus d'analyse ...

Tout ceci comme le pire aussi et bien est exactement ce qui doit se produire d’après ces "visions"... révélations, ou " insight " en Anglais... vision intérieure...

Je rassure tout le monde, la pensée superficielle seule fonction qui nous reste n'est pas capable de cela, car ce monde de visions, de révélations est interdit d’accès à cette pensée humaine superficielle.. heureusement sinon l'univers serait déjà détruit... c'est pour cette raison entre autres raisons que bien sur je ne peux percevoir en entier, que toute vision n'est pas personnelle par nature et si elle l'est une fois ou plus personnelle, elle le sera parce que elle est avant tout globale donc bonne pour tous... pas moyen de monnayer cela donc !! Le global va pouvoir ainsi toucher ce qui est personnel, relatif à ma vie....

Le global, L'Origine X, avec un grand L et un grand O, peut toucher le personnel, le personnel ne peut accéder au global de L'Origine...

Bon c'est pas tout c'est bien joli çà mon petit bonhomme, tout ce blabla blabla mais et alors ???

Alors concrètement nous avons un problème X que l'on ne connaît pas du tout dans sa profondeur mais dont on en ressent les effets... la pensée superficielle veut agir de suite, car c'est sa nature vitale dans certains domaines comme ne pas tomber de la falaise, au niveau global sur un problème qu'elle ne connaît pas du tout sinon un peu au niveau de ses effets en surface... çà c'est stupide non ?? car agir au niveau des effets ne va pas solutionner le problème, juste le modifier en surface seulement au mieux... mais cela n'est même pas sur...


On a tous des solutions personnelles à des problèmes globaux que l'on ne connaît pas à leurs racines, si cela est le cas on ne peut les solutionner en profondeur donc on ne peut éradiquer les problèmes mais seulement en changer un peu au mieux certains effets....

Pendant ce temps les pervers narcissiques nous volent avec notre consentement car on va encore aller revoter pour eux comme pour leur dire : "allez y les gars vous pouvez continuer à nous niquer " :-)) et pendant ce temps là en haut de la pyramide sociale, ceux du haut coopèrent sur un seul but : qui est : " comment continuer à niquer ces abrutis ( nous ) "
.. les abrutis, nous donc, ne voient tous que leur propre jardin,et ne voient jamais le global car l'abruti de base refuse de coopérer.. JAMAIS... plutôt crever !!!

C'est en fait l'abruti de base, moi, toi, mais lui aussi, qui a créé de par son attitude l'espace nécessaire à ce que cette minorité qui nous gouverne existât...

Cette élite est notre création à tous...sauf exceptions je suppose.

Cela signifie que rien ne sera résolu, rien, R I E N... si nous n’allons pas à la racine des choses, où ? en soi même aussi. Nous devons finir par avoir une sorte de panorama global de ce qui se passe, en soi même comme à l’extérieur

Alors que faire ? euh ??? ben rien.... !!! justement rien !!

C'est justement parce que nous essayons de faire quelque chose que rien ne se passe, on ne peut agir profondément sur ce que l'on ne connaît pas profondément.., nous passons de suite à des réactions superficielles qui marchent très bien et encore pour réparer quelque chose de pratique qui ne marche pas, mais cette réflexion minimaliste et superficielle qui est cependant bien sur vitale et qui a sa place réservée dans des domaines précis et limités, va alors envahir des champs de la vie où elle n'a aucune compétence et donc ne devrait pas aller ....

De là va naître l'idée illusoire qu'il y aurait une compétition et que cela serait notre nature profonde.. encore faux car cela vient de l'abus de l'usage de la pensée ou analyse dans des domaines ou elle n'a aucune compétence... pour analyser et produire des moyens de survie entre deux ou plus idées, concepts, projets etc etc j'en élimine certains pour n'en garder que un seul voire un sous le coude au cas où ... si "on" applique ce qui est du domaine exclusif de l'analyse conceptuelle donc purement mentale à mes rapports avec les autres humains, je vais alors éliminer les humains de la même façon... ceci est provoqué par la perte de nos autres capacités qui amène le totalitarisme de la pensée sur le cerveau .. etc bien sur.. je ne peux dire ici tout ce que je vois en intégralité... trop long.

Pour être plus clair, autre vision : je reçois des flèches qui me font mal, mais si je ne cherche pas l’origine de ces flèches, et me contente d'essayer de m'en protéger, les flèches vont continuer à me tomber dessus.... et puis un jours las de tout cela, un ou plusieurs vont rechercher l’origine de ces flèches et en finir avec pour de bon, problème résolu, au suivant quand il se présentera....voir l'image des flèches ici comme la douleur mentale de nos vies.... à ne pas prendre bien sur dans un sens guerrier ...

Là c'est un instant de découverte énorme, impensable...

C'est exactement ce que nous ne faisons plus... pourquoi "ne faisons plus " ?

Parce que un mythe pour moi vrai, basé sur une vérité racontée de manière allégorique tel que celui de Adam et de Eve, évoque alors notre passé inconnu de nous même, peut-être pas de tous et là je ne parle pas de moi même, ce passé où c'était le paradis terrestre, entendons là, paradis genre mental et donc pseudo "psychologique" et aussi + par extension bien sûr.

 Paradis mental et terrestre des humains que va venir ternir la primauté de la pensée "grâce" à l' arbre de la connaissance et de ses fruits les pommes, qui deviennent les pommes de la discorde du au fait que des lors le personnel va primer sur le global, global sans lequel rien n'existe, ; pensée entendons nous bien, qui est cependant bien sur elle vitale.. sans pensée il n'y a pas de survie.

En ce faisant nous avons fait pire que la dictature de la pensée sur toutes nos autres capacités, nous avons coupé le lien "sacré" avec L'Origine. Foutaise ou pas ? Comment savoir cela ?

Autres capacités qui ne donnent pas de valeur, ne comparent pas, ne créent pas de hiérarchie car tout est relié, ne désirent pas, produit une amplification énorme de nos sens, contiennent une sorte de contentement absolu et de paix étrange, produisent une coopération et un partage alors à l'état naturel qui ne provient donc pas de l'intellect, et contiennent un émetteur récepteur avec ? oui avec quoi donc ? Disons avec L'Origine ou du moins avec quelque chose qui pourrait être cela....

Ceci, ce mythe, cette allégorie d'Adam et de Eve, en clair, parle d'un tournant dans le mental des humains, où la pensée va prendre le contrôle total du cerveau exactement comme elle le fait d'une manière terre à terre, bien terrestre et humaine donc....

Le colonialisme et les guerres , comme le vol partent de chaque cerveau avant toute chose puis deviennent l'horreur que nous voyons ou pas, car n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ni regarder.

Pourquoi ? comment ? sont de très bonne questions auxquelles même si je le savais ,ce qui n'est pas le cas, je ne répondrais pas.

Il y a un moment propice pour toute chose...

Et là le moment est juste propice à essayer de commencer à comprendre ce qui nous arrive... mais si nous ne faisons encore que se servir du fruit de l'arbre de la discorde, encore une fois cela ne mènera nulle part d'autre que où nous en sommes aujourd'hui, c'est çà dire en guerre, en conflit, avant toute chose avec soi même un "soi même" auquel "on" ne comprend rien du tout de profond ...

La pensée est puissante....

La souffrance sous des formes diverses et variées est son état, car elle ne doit pas être en position de domination sur le cerveau du fait que ainsi elle étouffe nos autres capacités que je ne suppose pas exister mais que comme certains je connais un peu voir un peu plus par expériences directes toujours involontaires avec elles...

Oui et alors ? alors rien, je parle juste....

La souffrance qui peut être de la frustration, du mécontentement permanent insidieux ou pas, de la douleur mentale, de la peur, etc etc etc, est pour moi de ce que je sais par expérience le seul symptôme et le seul catalyseur que nous avons à notre disposition....

Pour résumer je dis ceci : seule la souffrance peut résoudre la souffrance...

Je termine là avec cette phrase un peu mystérieuse voire très mystérieuse... qui n'est pas si dure que cela à déchiffrer pour qui s'y attelle .. mais dans mystérieuse il y a aussi rieuse, alors tout n'est pas perdu.... :-)


Sinon, çà va chez toi ?

PS : A prendre en mode allégorique ou pas, selon sensibilité de chacun... notre passé en tant que humain, inconnu de quasiment tous, mais pas de tout le monde .

Friday, 28 October 2016

Tant que règne cette idée, que dis-je ce mythe, que la compétition soit un fait avéré de notre nature, de la nature de tout ce qui est, d'où la nécéssité de la croyance dans une expansion, mais aussi dans une évolution qui irait du pire " nul à chier" vers le mieux absolu etc, comme du moyen âge où tout le monde pue vers l'être suprème en devenir que nous serions etc tout ceci et plus qui aboutit naturellement au mythe du meilleur éliminant de facto 99%, qui élimine les autres possibilités ou personnes de facto et les rend esclaves ou soumis au diktat du vainqueur, qui lui sait, a forcément juste, tout juste eh bien avec une telle panoplie de perfection pourquoi donc changer quoi que ce soit et même seulement oser y penser, car nous avons là forcément le meilleur des résultats possibles avec les meilleurs à tous les postes, et ce à tous les niveaux..
JPEG - 371.9 ko
les portes de l’enfer par Rodin
Rodin’s Gates of Hell at Musee Rodin in Paris. He was never able to put the pieces for the Gates of Hell together in his lifetime. The museum casted this later.

Ainsi les deux guerres dites mondiales et leur 80 millions de morts furent en leur temps ce que l'humain a fait de mieux ..
à moins que ces deux mythes ne soient..........FAUX ... ? ? ?
Pour moi c’est très clair ils le sont....mais une telle phrase à brule pourpoint n'est qu'un autre bla bla de plus.
Si je suis seul mon talent inné pour lequel je n'y suis pour rien du tout, ne vaut rien ; seul le collectif permet à chaque capacités de fleurir, il y a alors une cooperation naturelle spontanée entre le collectif d'où est né l'individuel, la particule...la plus haute des capacités, la coopération, le sens du collectif et de l’individuel bien à leurs places ne nous est pas donné car elle n’est pas mécanique comme les autres capacités qui nous sont données....L’Univers donne, nous on monnaye.....cela résume le parcours actuel de l’humanité telle qu’elle est devenue ...car nous n’avons pas toujours été aussi orduriers..
Dans mon voyage en moi même........... oui car je ne vais pas aller voyager en vous mêmes, en lui même, quoique en se connaissant beaucoup cela est possible car notre base est la même à tous, la base mentale de notre cerveau, notre fonctionnement a exactement les mêmes bases avec des variantes superficielles nécessaire, car si nous étions tous indentiques en capacités, là non plus il n'y aurait plus d'humain depuis le début,..
 
voyage involontaire je précise , car la volonté est le désir, le désir est ce que moi je veux, etc et ceci ne tient souvent pas compte du réel, car ce que je veux prime...si je veux me laver les pieds, rien à dire, ou au contraire vas y vite !! si je veux coloniser la planète en tuant tous ceux qui resistent, là problême il y a...voyage qui démarre par le début donc, le premier pas, quel peut donc bien être un premier pas ?? voyage donc par la seule porte d'entrée en soi même, direction la profondeur de ce que je suis, porte qui me semble exister, porte qui est la souffrance mentale, la mienne pas celle des autres bien que les tenants et aboutissants en soient les mêmes bien sur.. pas de panique cela n’est qu’un processus naturel d’éveil,..............
il est donc question de ce qui nous reste de cerveau que j'appelle cerveau analytique, c'est un outil vital de survie et c'est aussi Hiroshima mon amour...
dans ce voyage je vois sans le chercher que la compétition n’existe pas et je vois ce que cela cache en réalité et qui est dû au fonctionnement conceptuel de notre programme de la pensée, encore une fois ce programme est vital pout tout ce qui est "animé", pour tout organisme dit vivant.
L'idée de compétition est une invention théorique fausse faite pour empêcher l’éveil et l'unité collective en paix par la création constante de conflits permanents entre humain et aussi, entre autre, pour justifier le vol du collectif, la hiérarchie sociale financière etc etc etc etc.... Attention savoir qui est doué de façon inné et pour quoi et ce genre de choses est quelque chose de très facile à mettre en place collectivement... tout ceci donc pour empêcher la réunion des humains qui est le seul chemin naturel de L'Ordre Universel de ce qui est...

 Qui initie et accomplit cela ? le voleur qui dirige bien sur... car l’éveil et l’union des humains pour bien survivre ensemble impliquant le partage égal volontaire car naturel, signifie la fin de l’ère des voleurs violents et parasites forcément, ce qui est l'ére sous quelle nous vivons depuis un moment.......qui sont des parasites du vrai travail...et des voleurs de ce même travail collectif...
Derrière cette pseudo compétition il y a bien sur quelque chose de réel qui est tout autre chose, et là sans connaître par révélations étranges le programme de la pensée (software), il n’est pas possible de bien saisir cela...

je vais essayer cependant car je suis bon Prince.. ne vous méprenez pas sur cette phrase elle est juste destinée à énerver certains...

la pensée qui est un programme pour fonctionner, entre autre, dégage un observateur, moi, et la chose qu’il observe, qui est tout et donc n’importe quoi... cet observateur a besoin de motifs, de raisons pour observer, et analyser, le désir, partie intégrée de ce programme, existe pour cette raison, comme le sont aussi l’ auto satisfaction et autres "qu'est-ce que je suis génial", qui sont des réactions programmées pour que l’ensemble de notre programme marche ... je vais analyser parce que je veux quelque chose, pas de désirs = pas d’analyse = pas de survie....c’est donc vital !!
La base de la pensée est la survie de tout ce qui est physiquement vivant, mais aussi, pour moi, plus simplement le fait de pouvoir se déplacer dans l’environnement, où je retrouve un " je" qui est séparé de l’environnement pour évoluer physiquement dans cet environnement, cela m’évite de tomber, de me cogner et aide à me repérer etc etc etc etc...
jusqu’à là pas encore de violence........ mais patience ça arrive :-)
Un des inconvénients dangereux de ce programme de la pensée analytique outil vital pour survivre tient dans son fonctionnement lui même.... l’observateur ainsi dégagé, vital pour survivre physiquement, si cela est tout ce que nous avons comme capacité, va alors partout et tout le temps maintenir cette division entre « je » et ce qui n’est pas « je », c’est à dire tout le reste, cela inclut en fait TOUT L’ UNIVERS, je est coupé de l’univers, donc bien sur des autres humains....
Ce qui pour le moment n'est pas encore un problème, ceci est encore et toujours nécessaire pour penser, pour analyser une ou des parties du tout... la pensée réduit le tout qu'elle perçoit mais qui n'est bien sur pas le TOUT infini, immense, sans fin, à une portion minime de son choix basé sur, on va dire des désirs-motifs X pour le moment, sur laquelle elle peut réfléchir pour en tirer quelque chose de bien pour organiser la survie, genre je me concentre sur la structure de mon abri pour qu'il soit solide..le plus solide que je puisse faire...rien à dire.
On vu une des bases de la pensée qui est d' établir la vie physique, la survie ; entre autres bases pour que cela marche en tant que programme sont inclus des sous programmes complémentaires, comme la notion de mieux, plus, moins, égal etc une calculatrice donc est dans notre programme, cela permets d’évaluer tout et rien afin là encore de trouver des moyens pour la vie physique du corps, nourriture, abris, vêtements etc etc ; cela permet de faire un abri solide , de bons outils etc.. le tout étant dans le champs du relatif mieux....
là encore le pire n’a pas encore eu lieu ... car on n'est pas encore dans la mise en action mais dans l'analyse conceptuelle, tout ce qui est décrit se passe en peu de secondes, la plupart étant passé dans notre zone non consciente, mais ceci est un autre sujet, lié bien sur, mais une autre fois.
Mais tout est prêt pour que la violence et le conflit sans fin "enfin" démarre !!

Ce « je » qui est un programme d’analyse, une calculatrice et bien plus encore va alors, de par son inertie mécanique puissante et l'absence d'autres capacités, envahir tous les aspects du fait de vivre avec ce même programme, sans savoir qu’il est un programme, sans savoir qu’il est aléatoire, sans savoir qu’il est mécanique, sans rien savoir de ses propres motivations qui le font marcher, en gros sans rien savoir de lui même, de ce qu’il est et sans savoir qu’une partie de lui même en plus est cachée de l’analyse superficielle qu’il produit .. parenthèses ici l’analyse superficielle doit absolument exister et être superficielle car son rôle est dans l’immédiat, donc un accés ultra rapide à certaines information vitales et-ou nécessaires dans l'instant doit se faire et donc l'accés à une zone de stockage d'informations mémorisées de ce genre doit être superficiel donc pour garantir un accès et une réponse immédiate dans certains cas de la vie courante là encore sans ce programme il n’y a pas de survie, ce programme est vital....UNIQUEMENT là ou il DOIT fonctionner..... dans le champs du connu de moi même....
Et là tout s’arrête, je vais passer ma vie jusqu'à la fin dans cette zone du cerveau, en compagnie de moi même, de mes pulsions, de mes désirs, qui petit à petit vont devenir souffrances, frustrations, mécontentement permanent, haine etc jusqu’à la guerre qui tue, si si si, vous savez cette sorte de croix que l'on porte toute sa vie en prétendant que tout est génial... quand tout n'est que désirs avec l'autre coté de la pièce qui est la peur... dont nous ne savons rien, même à Marseille. Elle est nulle , je sais ;-)

Ce programme superficiel va essayer de tout contrôler avec ses capacités limitées, limitées à ce qu'il connait, à ce qu'il veut sans en savoir les racines, au connu, à son propre connu, parce que il est mécanique et doté d’une puissante inertie mécanique donc et ne connaît aucune raison de ne pas le faire..
Sauf si ??
Ainsi « je » qui est une partie de notre programme d’analyse, de la pensée donc, qui se prends pour un être humain accompli est en fait une sorte de chef de l’analyse , est la partie qui décide, qui va dire oui je te garde tu peux me servir, ou non je te jette car tu ne peux pas me servir etc , si on parle d'idées conceptuelles, de plans de la maison etc pas de problèmes mais voila "on" va faire pareil avec les choses, les humains et les animaux, et ainsi tout devient objet potentiel qui peut servir à chacun et là ,enfin, le désastre humain peut et va commencer..."je" est alors partie d'un programme , est celui qui décide ce qu’il veut sans jamais connaître la profondeur du pourquoi il veut, ce je est totalement isolé de TOUT sauf de lui même, la seule référence qu’il ait est lui même...
le conflit permanent entre nous a commencé, tout part du cerveau de chacun !!!!
C'est pas fini car je est bien sur comme "on" l'a montré, divisé en lui même aussi, c’est sa nature de base sinon il ne marche pas car « je » ne peut analyser le tout, et pour ce qui est de detailsde la survie pratique il doit faire cela, MAIS PAS AVEC LES HUMAINS... il doit donc impérativement diviser l’objet de son analyse en parties isolées du tout...
Sur le plan mental c'est une catastrophe... qui va aboutir à des catastrophes criminelles aussi dans le monde extérieur... tout ce qui se passe sur terre avec les humains a d'abord et avant tout pris naissance dans nos cerveaux...ce qui,admettez le, est un non sujet total pour chacun, là je parle du fonctionnement du cerveau, pas de sa constitution physique.. certes certains en connaissent un tout petit bout superficiel qui sert à manipuler le troupeau.. moi, toi aussi, même eux aussi !
Le penseur qu'il soit de Rodin ou pas, croit que lorsque il rencontre la souffrance mentale il a affaire à deux « entités », le con va continuer à diviser, à analyser et à se prendre pour l'observateur séparé de la souffrance, il ne sait pas qu c'est lui, une seule entitée, être en souffrance mentale est l'état naturel de l'observateur, pour des raisons que je vois par révélations de ce programme mais c'est assez là pour le moment. comme "je" d’un coté et la souffrance de l’autre... il ne sait pas que la souffrance est son état exact, c’est lui... alors croyant que cela n’est pas lui, il ne va JAMAIS résoudre cette question comme tant d’autres car il s'auto élimine comme origine potentielle, ce qu'il est, de la souffrance.... « je » est alors un programme qui souffre, et à ce moment là où il va essayer d’agir sur la souffrance sans savoir que c'est lui, il ne va jamais réussir à quoi que ce soit sauf de créer l’illusion de cela par la fuite de.... lui même, pensant que cette souffrance n’est pas lui....
Ceci est souvent perçu dans nos rêves de fuite..qui deviennent des cauchemars.
A partir de là, toutes nos pensées et actions qui en découlent sans que on le sache ne sont que des tentatives de fuite de la souffrance mentale qui cache derrière elle la frustration, la peur, la haine, la douleur, le désespoir, l’espoir, etc etc tout ce que l’on fait est œuvre du désespoir dans lequel nous nous sommes enfermés nous mêmes...
les problèmes non résolus s’accumulent... de + en +...... tuer est un dérivatif de sa souffrance, une tentative démente de se fuir soi même, comme voler aussi, comme le suicide.... dérivatif dans le sens de tentative de fuir, de se fuir, de fuir ce que je suis devenu, pensant que « je » est différent de cela.. la souffrance rend mauvais, si je souffre je peux alors faire souffrir .... tout est bon dans le cochon certes, mais là il s'agit de tout est bon pour essayer de fuir cette sensation appelée souffrance ou douleur ou déprime ou etc etc..
le non sens total est là,...je ne vis plus , je survie en essayant de me fuir, de fuir ce poids de vivre...
Nous avons corrompu la vie.
Nous humains sommes coincés exactement là, dans cette pensée superficielle , notre lien avec Le Tout n’existe plus....la pensée ayant cette spécificité d’être autonome, même en l’absence de ce lien universel.....
Mais alors la souffrance ? on en fait quoi ?
A vous de voir.... je fus vaincu par elle, donc par moi même en fait... la souffrance est l’état naturel à un certain âge de la pensée... ceci est un symptôme d’erreur.... et et et un...... catalyseur...
un catalyseur que j’ai laissé libre plusieurs fois en voyant objectivement que ma vie n’en était pas une... je vis, je vois que je suis vaincu par ce non sens total , cette souffrance .. je l’ai laissé libre sans rien attendre du tout..... ceci est totalement inhabituel pour la pensée, même a priori impossible.... et cependant.... vaincue par elle même cela ouvre la porte à nos autres capacités qui vont COMME ELLES LE VEULENT, se mettre en route selon un schéma absolument et totalement imprévisible........
Nos autres capacités aujourd'hui perdues se mettent alors en route COMME ELLES LE VEULENT, on entre dans le champs de l'inconnu, là ou les songes sont connectés avec L'Origine, si elle le veut bien. Dans cet autre monde, je ne dirige plus...j'écoute, la ferme là où il le doit etc... on rentre dans un mouvement sans fin, sauf mort du corps bien sur...
Là des événements impossibles dira la science du moment donc t'es fou mon gars :-) imprévisibles se produisent comme ils le veulent,.... une deuxième naissance vitale doit se produire, nos capacités perdues doivent se réveiller, elles ne sont ni analytiques, ni divisivées, ni comparatives, ni hiérachiques et comprennent aussi un émetteur récepteur avec , je vous laisse ressentir avec quoi .. elles sont au delà de la pensée... et vitales pour vivre comme la pensée est vitale pour survire, la pensée n’a pas accès à cette autre dimension du fait de vivre... dans ce monde au dela du connu, je ne décide de rien du tout.... c’est "ce qui est" , le problême mental vécu et non analysé qui décide, car le problême doit arriver et nous devons le solutionner, il contient notre guide, notre nourriture mental.. car oui cela nourrit le cerveau, le mental, alors on est vivant et non plus survivant, les problèmes décident, la souffrance qui revient décide, la peur décide, l’angoisse décide, si et seulement si la pensée ne s’y oppose pas... car tout cela est elle même....
c'est plus complexe bien sur...cela dit, c'est un chemin solitaire en soi et bien plus alors et étrangement amène a savoir collaborer, coopérer partager, aider etc etc
retours donc à la souffrance comme symptôme d’erreur et comme catalyseur....
Attention, la pensée est absolument vitale, pas de pensée pas de survie, mais si elle essaye de s’aventurer là ou elle ne doit jamais aller.. alors elle est le pire de nos cauchemars... elle est le non sens, la peur qui est fuite, l’angoisse, la douleur mentale, le désespoir qui tue, le business, la compétition qui élimine donc la guerre, elle est la torture, le vol, la destruction, la misère d’être coupé de L’Origine.......
Pour moi ceci doit se produire et se produira tant que le voyage en soi n’est pas fait........ « je » multiplié par X milliards suis le responsable du désastre en moi même et sur la planète...
bien sur ainsi farouchement attaqué, la pensée va nier...........sauf si........
changing oneself changing the world..... jiddu krishnamurti++
bonus : Socrate : Je ne fais rien d’autre en effet que de circuler partout ; je vous engage, les plus jeunes comme les âgés, à n’avoir, ni pour vos corps, ni pour votre fortune, de souci qui soit antérieur à celui de l’amélioration de votre âme, ni qui soit même également fort ; je vous dis que ce n’est pas de la fortune que naît le vrai mérite, mais que c’est le vrai mérite qui fait bonne la fortune, les autres choses humaines aussi, toutes sans exception, dans les affaires privées comme dans celles de l’état. Maintenant, si c’est en disant cela que je corromps, alors c’est que cela est dommageable ! (…)
 Ainsi donc à présent, il s’en faut de beaucoup, Athéniens, que ce soit, comme on pourrait le croire, ma cause à moi que je plaide ; c’est plutôt la vôtre, de peur qu’en me condamnant vous ne commettiez une grave faute au sujet du cadeau que vous a fait le Dieu ! Si en effet vous me faites périr, il ne vous sera pas facile d’en trouver un autre qui soit comme je suis : tout bonnement (quand même il serait par trop ridicule de parler ainsi !), attaché par le dieu au flanc de la cité, comme au flanc d’un cheval puissant et de bonne race, mais auquel sa puissance même donne trop de lourdeur et qui a besoin d’être réveillé par une manière de taon. C’est justement en telle manière que moi, tel que je suis, le dieu m’a attaché à la cité ; moi qui réveille chacun de vous individuellement, qui le stimule, qui lui fait des reproches, n’arrêtant pas un instant de le faire, m’installant partout, et le jour entier.
Platon ; Apologie de Socrate, 4ème siècle avant J.C.
Suite de ce monologue sur la souffrance, sujet bien sur et au choix soit : très chouette, soit super génial, soit oh putain le pied, soit formidable, soit extraordinaire etc...quand à une éventuelle fin, autant ce mot à un sens pour ce qui a un début, autant là je ne suis sur de rien, il est des portes que l'on ouvre, tout en voyant alors que de portes il n'y avait pas, et d'un seul coup un seul les nuages sombres ont disparu, laissant place à ce qui ne peut être décrit par des mots, Déjà que le mot table n'est pas la table mais la description de ce dont je veux parler à une autre personne, quand on arrive sur des sujets qui ne sont plus de l'ordre du concret, le mot devient très limité, cela dit pour essayer de communiquer c'est une étape obligée, ne pas oublier quand même que entre les lignes se cachent aussi des « choses » bien étranges.
...
Déjà rien que là je ressens , pas vous ? que la pensée, mot qui ne décrit pas grand-chose, cherche encore un autre désir absolu à atteindre sans rien faire bien sur genre : casse-toi la souffrance, voire bien sur dans le cas présent : hé ! casse-toi avec ton sujet à la con !! Trop tard,

Derrière le mot de souffrance, je mets l'absence de l'énergie étrange Universelle, en clair le fait que nous nous sommes coupé de L'Origine. J'y mets donc la présence totalitaire de la pensée, J'émets ce qui est pour vous une hypothèse, hypothèse que la pensée totalitaire sur le cerveau génère automatiquement une souffrance, et que ceci n'est pas du tout un hasard mais une nécessité, ah pourquoi donc mon bon ?
Par souffrance j'entends ceci, liste non exhaustive : la douleur mentale incomprise, la peur ( tiens au fait c'est quoi la peur ??), le mécontentement permanent, la frustration constante, l'angoisse, la terreur de la mort qui en clair veut dire le refus de la mort, l'usure des années, la déception, l’apitoiement sur soi même, le non sens ressenti, la violence, la haine de soi enfin de sa vie avant tout bien sur, le conflit permanent, l' idée de suicide, l'idée que je suis malheureux donc la quête du bonheur parfait qui n'est jamais là etc.…..la souffrance physique est mise de coté bien que par pas mal d'aspects j'y vois des corrélations étranges entre pseudo mental et pseudo physique, une autre fois peut-être ?
Tant de sujets que l'on peut essayer d'analyser, mais au fait c'est quoi analyser ? Pour moi c'est penser. Mais c'est quoi la pensée ?
Je laisse tout cela de coté, je veux dire les explications et je me fais un « maxi best off » donc quelque chose de bien mauvais pour la santé mentale.
Là commence le moment que je veux évoquer.
J'ai mal, je suis usé, fatigué et je n'en peux plus.
Que faire ? …… RIEN !
Je devrais arrêter là.
Est-ce que je fais quelque chose à propos du soleil ? Certes si il tape de trop je peux m'en protéger, mais il tape toujours, il est en quelque sorte indifférent à ma présence,
Est-ce que je fais quelque chose avec le vent ? Certes si il souffle trop fort je peux m'en protéger, mais il souffle toujours, il est en quelque sorte indifférent à ma présence.

Certes mais la comparaison à ses limites.
Est-ce que je fais quelque chose à propos de ma souffrance ? OUI, je veux qu'elle disparaisse, qu'elle parte, qu'elle n'existe pas, qu'elle n'existe plus, je veux l'apprivoiser, m'y habituer, en tirer profit en essayant d'y faire face, l'amadouer, la nier, la transcender, l'oublier, pitié laisse moi, je vais chez le spécialiste lui il saura quoi faire, j’essaye de fuir, je bois de trop, je fume, je sexe à fond, je m'amuse, j’achète, j'amasse, je travaille, j'accumule, le rigole, je dis que je suis heureux, j’achète des tableaux, des pays, des gens, des planètes, l'univers si je peux,,,je courre , je courre ….
Un jour qui n'est pas un jour comme les autres, je suis vaincu, j' arrête tout, comme le soleil et le vent je laisse mes blessures être, je ne sais toujours pas ce qu'elles sont, d’où viennent-elles donc, qu'elle en est l'origine, je ne m'en protège pas, je ne m'en protège plus car j'en ai raz le bol, plein le « cul », raz la casquette, de tout cela, mais mais mais je ne suis pas du coté suicide non plus, je n'en attends juste rien, je vois juste le fait que « je » suis vaincu, et « je » la ferme pour une fois, pour la première fois « je » va la fermer enfin….. je suis cette douleur, la pensée n’interfère plus, même pour quelques secondes.
Là est la seconde qui n'en est même pas une, moment hors du temps de la pensée donc, que j’essaye d'évoquer ; car si cela se produit de cette façon, donc sans rien chercher ni attendre, ce que, pour moi, théoriquement la pensée n'est pas capable de faire, car elle se cache derrière tout et rien, et de plus est pour ce que nous sommes devenus notre seul programme opérationnel en marche, si cela se produit donc alors la souffrance n'est plus.
Elle laisse place à …..autre chose qui n'est plus de la pensée.
Soit la souffrance du moment disparaît sans rien dire du pourquoi et du comment et laisse alors place à un moment empreint d'une sorte de béatitude légère ou forte, je flotte….
Soit l'origine de cette blessure se montre d'elle même, et est aussi bien sur totalement libérateur, plus de souffrance, plus de peur etc tout ceci est totalement instantané , dans le moment, dans le présent, la pensée elle n'est jamais dans le présent sauf d'une manière mécanique telle une machine, elle regarde ce qui a été mémorisé, y compris ce qui l'a été quelques millième de secondes avant, c'est sa façon de procéder pour analyser quelque chose de connu, le champs de la pensée est le connu, son propre connu qui est superficiel. Ceci est vital pour survivre. Que l'on ne s'y trompe pas, la pensée est vitale, elle doit juste rester à sa place et lorsque elle n'y est pas, ceci dégage ce que nous nommons souffrance etc.
Passé le moment de grâce étrange, petit à petit « je » retourne à ses erreurs, il va donc falloir se remettre à l'ouvrage, parenthèse vitale... celui qui espère que quelque chose dure en tant que tel, nous tous donc, avons du soucis à se faire, le moment de grâce passé je retourne à faire ses conneries, mais quelque chose va rester, je vais commencer par moi même à apprendre a propos de moi même, avec certes une aide magique qui est là. Du genre hé aide toi et « on » t'aidera !!
C'est bien sur un symptôme d'erreur ! Ah mon dieu quelque chose nous signalerait que nous sommes dans l'erreur ? Mais c'est impossible, quelle horreur.

Lorsque l'origine d'une (ou plus) souffrance est perçue, cela a aussi bien sur un effet immédiat totalement libérateur de celle-ci ; cela amène la présence d'une sorte d’énergie étrange, un moment de paix profonde intense, entre autre, il faut dire que une telle vision n'est pas de la pensée, elle est beaucoup plus profonde et semble toucher tout notre être tellement la profondeur vécue est étrange, jamais vécu par la pensée et bien plus ; car selon la force de la vision ( insight en Anglais) car là on parle maintenant de vision, je peux être totalement « scotché » par la force de celle-ci pendant un temps X, dans un de ces moments hors du temps, où la question du sens n'existe plus, car alors je viens de voir que la question du sens est posée par un cerveau qui souffre et est encore en quête d’explications pour essayer de fuir ce qu'il ne connaît pas au lieu de vivre ce moment.

Avec la souffrance mentale, la pensée a atteint une de ses limites impossible à dépasser. Car là on rentre dans le champs de l'inconnu, la pensée analytique n'a pas sa place dans ce champs est ce que je sais pour moi même par expériences, comme d'autres que je connais le savent, ceci est de l'ordre du naturel et n'est pas personnel, ceci est potentiellement là pour chacun.
Cette seconde où je ne vais rien faire, rien penser sauf : « je n'en peux plus, j’arrête de résister car je vois bien que je suis vaincu », et est donc une vraie phrase pour une fois totalement vraie et sincère donc dite à soi même, elle est profonde, elle est sincère et va aussi inclure la zone non consciente de la pensée et est le reflet d'un désir ardent d’arrêter car je viens de comprendre que là il n'y a aucun choix, alors la souffrance qui est en fait l'état exact de mon mental vient de remplir sa fonction de catalyseur d'éveil de nos capacités endormies, que nous avons tous.
Ce que je décris là est pour moi un processus tout à fait naturel, qui est dans l'ordre des choses.
Quoi mon bon, mon gueux tu es en train de dire que L'univers ne serait pas chaos mais ordre ?

Je laisse la réponse.

La pensée voit ceci, elle se voit comme une personne, elle ne sait pas qu'elle est un programme et ignore encore bien plus que cela, elle ressent la souffrance et de suite essaye de s'en débarrasser avec des mots genre « va t'en » etc quelle intelligence remarquable que d'essayer de se débarrasser de ce que l'on ne voit pas, ne connaît pas ! La pensée crée moi d'un coté et la souffrance qui ne serait pas elle, c'est ce que elle croit sans savoir. Ceci n'existe pas, il y a seulement la pensée qui souffre,
Elle ne sait pas ce que c'est, elle cherche des explications, et elle va toujours en trouver, plutôt trop que pas assez car là tout va y passer, la société, le système, les voisins, les cons, les noirs, les blancs etc car TOUT y passe comme responsable de mon malheur sauf MOI MEME alors aucune explication ne sera valable.
Ah le drôle, manant, quelle outrecuidance ! dirais-tu qu'il est possible de savoir quelque chose par soi même ? Attention à ne pas intégrer sans comprendre ce genre de formule piégée genre : « celui qui sait ne parle pas, celui qui ne sait pas parle », mais je n'explique pas….
La souffrance demeure, quoique je fasse par la pensée elle demeure, consciemment ou inconsciemment, en général les deux zones sont concernées, je parle d'inconscient ici pour l'avoir vécu se révéler très souvent, pour l'avoir vu se révéler de lui même, ceci n'est pas supposition, je sais en outre que il y a inconscient parce que nous ne fonctionnons plus que sur une partie trop limitée de notre cerveau, source de notre démence entre autre problèmes, celui ci fonctionnant à plein, alors il n'y a plus de zone non consciente, et les fonctions endormies alors éveillées un peu, ou plus, commencent alors a se remettre en route à leur rythme, ce qui se passe après cette seconde est assez difficile à mettre en mots, car on rentre dans une zone ou rien ne peut être prédit, et oui nos autres capacités ont des talents dans l'inconnu, l'inconnu n'existant que pour le penseur, l'analyse….
Tout ceci est très tiré par les cheveux donc, cela ne peut en être autrement car on rentre alors dans l'inconnu aléatoire, là ou de choix il n'y a plus.

Suivez le guide, quelque chose nous guide c'est évident.
Bon heureusement qu'il ne s'agissait que d'une seconde ……….

Ceci est à l'origine de la démence humaine, en allant dans cette direction je résous mes problèmes, avec magie, grâce à des aides qui sont là pour nous tous, c'est vachement bien fait !!
La guerre donc le business, le mensonge , la destruction, la pauvreté qui tue et tout le reste comme la violence et bien plus sont des effets directs de la souffrance, enfin de la fuite impossible de celle-ci….
Seulement voila, supposons un instant que je ne dise pas que des conneries, et que ce soit même plutôt très juste et factuel, bon OK c'est pas possible mais je dis supposons et bien même si, je ne peux rien pour personne, à part dire.. quoique dans la vie réelle avec des proches dont mes enfants tout ceci à une incidence pour eux dans leurs moments très difficiles, mais je n'y suis pour rien, chacun doit résoudre ses problèmes de vivre, et alors nous sommes prêt à collaborer, partager etc car, ah oui je ne vous l'avais pas dit, mais nos autres capacités ne divisent pas, ne qualifient pas, ne hiérarchisent pas, ne donnent pas de valeurs comparatives etc,,rien que avec cela, on voit bien que nous avons la, les capacités à solutionner nos problèmes, car vivre entre autres c'est résoudre tous nos problèmes, or si la pensée peut éventuellement résoudre des problèmes pratiques tout en étant aussi la guerre donc le crime, pour le reste non seulement elle est inapte mais un danger terrible….
LE chaos créé par les humains n'a jamais rien apporté d'autre que le chaos, L'Univers est bien ordonné en fait.

Thursday, 27 October 2016

Bien sûr ce texte est dans religion, dans le sens du latin "religere" qui veut dire relier. La religion relie, l'esprit religieux, qui n'a rien à voir avec aucun livre jamais écrit est un état d'esprit où je suis relié à ce que je suis en profondeur donc avec L'Univers, avec L'origine, avec cette Intelligence Ultime...
Je me parle à moi même, comme nous le faisons tous, tout le temps, sans le savoir, sauf exceptions mais là je le sais. C'est à lire entre les lignes, non pas en utilisant la pensée analytique, ni la réflexion, surtout pas, comme un rêve, enfin de ce que j'en connais par expériences, le sens est là ou pas, cela parle ou pas, si le sens n'est pas là alors peu importe, mais il ne faut pas penser....car après tout je peux très bien dire n'importe quoi par oisiveté, démence précoce voire pire....comment savoir ??? Cela laisse aussi l'autre possibilité que je ne parle que de vécu..... et que je doive le dire, peu importe si cela a une portée ou pas du tout.... le partage est dans la nature Universelle des choses car tout est connecté, que je le sache ou pas , que je le veuille ou pas ne change rien à ce fait absolu...
La souffrance mentale, ce que nous appelons souffrance, sans rien y connaître, ni de son ou ses origines, ni du pourquoi, ni du comment, la souffrance est pour moi, c'est ce que dit mon vécu mais aussi celui d' autres que je connais, est un symptôme d'erreur, ceci n'est pas une découverte en soi, rien ne l'est, et un catalyseur, c'est à dire un élèment qui a un rôle vital à jouer dans une expérience précise et qui aura disparu à la fin de cette expérience.
Si j'osais j'utiliserais le mot d'alchimie en parlant de cela, j'aime bien ce mot, mot qui est en fait précis et pourrait cacher une réalité bien factuelle de transformation ... mentale de notre cerveau.
Je connais bien la souffrance mentale, pour avoir navigué dans ses eaux profondes depuis tout jeune, tout en ayant en même temps une sorte de capacité à avoir l'énergie plus profonde que la souffrance de m'y aventurer et donc d'arriver à ce qu'elle soit résolue et donc parle de plus en plus, encore et encore, car chaque erreur de parcours d'un humain est signalée par ce qui, en s'amplifiant car nous n'écoutons pas, devient cette douleur.
C'est là, que vais je faire avec ???
Fuir est notre réponse, fuite mentale impossible, une fuite dans tout donc dans n'importe quoi. Illusion de fuite alors bien sûr seulement il y a... elle va je le vois clairement se transformer en illusion de quête, je perds de vue que je fuis, je crois que je suis en quête de montrer au monde, que dis je, à l'univers qui je suis et de quel bois je me chauffe....
Alcool, autres drogues, travail, possessions, argent, idéaux, sexe, pouvoir, sado-masochisme, illusions, loisirs, violence, conflit, haine etc etc, ad libitum, seront alors utilisés pour essayer de fuir, de nier le fait de ma souffrance, et tout ce que je vais entreprendre sera teinté de cette fuite illusoire, tout en pensant gravir les marches du succès, en ayant bien pris soin de mettre de coté l'ankou qui rode ...

Tout jeune j'appris, comme ça !! à me laisser sombrer dedans, à toucher le fond, car la souffrance si on ne fuit pas a des limites vite atteintes, le fond atteint elle disparaît sans rien dire laissant place à une énergie assez étrange, belle, apaisante bien sûr et plus. Certaines fois elle va parler, et montrer l'origine du ou des problèmes l'ayant créée, ce qui va aussi l'éliminer de suite, laisser place à une "energie étrange" inconnue et entamer un processus de compréhension de plus en plus profond de soi même sans le chercher... la compréhension de soi même, de ce que je suis n'est pas un processus initié par la pensée qui elle au contraire empêche cela sans le savoir, après tout la pensée est simplement un programme automatique aléatoire d'analyse de mémoire, y compris celle d'une micro seconde avant, mécanique mais aussi qui regarde uniquement le passé plus ou moins superficiel enregistré donc mort, ceal dit c'est un outil absolument vital pour survivre, et qui mène au désastre des humains quand il est utilisé hors compétences, ce que l'on fait tout le temps, sans là non plus hélas, le savoir... cela dit chaque "entité" dite vivante selon nos critères humains, en gros qui bouge de par lui même donc :-)), chaque entité vivante a un tel programme, plus ou moins étendu en capacités innées, en gros cela veut dire : je n'y suis pour rien !!
Lorsque le vent souffle, il souffle, je ne peux l'arrêter, même si je m'abrite de lui, lorsque le soleil brille je ne peux l'empêcher de briller même si je m'abrite de lui, il continue à briller, je dois faire ainsi avec ma souffrance mentale, soyez cependant ""rassurés"" tout en choisissant donc de vivre par la peur personne ne peut vous y forcer, cela reste la plus haute décision, pour moi, prise par la pensée qui va laisser la souffrance être comme le vent, comme le soleil, étre ce qu'elle est, etre ce qu'ils sont. Ce qui est vrai est toujours en paix.
"Je", va peut-être commettre cet acte insensé pour lui de se voir vaincu, terrassé, "je" peux pour une fois abandonner le combat, à ce stade "je" ne sais pas encore que le combat et bien il est le seul à le faire, il y a un combat entre moi et je, entre je et moi, entre je et la souffrance, car je crois que la souffrance et moi sont deux entités séparés, cela explique pourquoi je commets sans arrêt la faute majeure qui va aller jusqu'à la guerre sur la planéte et tout le pire comme aussi le suicide qui est aussi une région de moi même que je connais bien, très bien.
Celui qui se connait ,connait les autres, globalement nous avons tous les mêmes fondations vitales. Alors je suis toi aussi.
Guerre ou suicide ont la même origine qui en gros est la tentative de fuite impossible de ce que je suis, qui est avant tout chose souffrance ! or je ne sais pas ce que je suis... notre pseudo éducation, en gros qui est lire, écrire, compter et "niquer" les autres ne parle pas de cela, pensez donc parler de sujets qui vont éveiller les humains surtout pas malheureux, le voleur qui dirige et que l'on laisse faire ne veut pas de cela.... un monde en paix car les gens sont en paix en eux même, mais ce serait fini de moi se dit le voleur et il a raison.

J'ai peur, je souffre, j'ai mal, je ne comprends rien de cela, je veux que cela parte, je cherche et je trouve des centaines de raisons, d'explications qui de ce que je vois sont encore autant de tentatives de fuites impossible ; c'est la faute de la société, du système, de l'argent, du boulot, du chef, des vieux, des jeunes, des noirs, des jaunes, des blancs, des parents, des voisins, du temps, du président, de dieu, etc, car tout y passe comme raison potentielle que je n'aille pas bien sauf UNE... moi, car je me mets hors jeux comme source potentielle de mes problèmes... pourquoi ? je le sais, là encore développer ici serait trop long, de plus cela passe plus par des révélations du programme lui même de la pensée qui se font d'elles mêmes donc pas par le conduit de la pensée qui là encore empêche la compréhension profonde de "cela" de se manifester. Tout ceci est dans la nature des choses, mais "je" en est exclu, je s'en est exclu aussi bien sûr ! "je" a son domaine qui est vital, la survie pratique, pour le reste "je "est non seulement inapte mais un danger pour la vie, un danger terrible.

La souffrance contient en elle même un processus intégré vital qui va la détruire en trouvant de manière X son origine ultime, le lieu de sa création, que je ne connais pas dans son fonctionnement qui lui est propre et apparemment voire affirmativement indépendant de la pensée mais que j'ai vécu et vis dans ses effets comme d'autres, en mettant en lumière l'origine ultime de sa création, là où ce qui est maintenant souffrance est né. Ce processus est vital, pour moi, car il va permettre de paralyser le rôle jusqu'à là totalitaire de la pensée, rôle totalitaire sur le cerveau comme il l'est sur la planéte...ceci est tout près de l'origine de la violence humaine je parle de cette scission de la pensée là ou elle ne devrait jamais mettre un seul pied, ni même regarder.....

En clair la réponse se trouve dans la connaisance totale du problême, ce que la pensée ne peut faire sur le plan mental, elle peut solutionner des problêmes pratiques ce qui est son rôle , et encore voir au hasard total Fukushima, mais aucun de nos problêmes non pratiques. C'est donc le problême qui donne la ou les solutions dès qu'il s'agit de mental et non plus la pensée....

En essayant de fuir le symptôme du problème qu'est la douleur, on se coupe de toute possibilité de la ou les solutionner car on fuit en même temps le catalyseur de résolutions des problêmes. Voila pourquoi l'humain s'enfonce irrémédiablement pour le moment depuis 2 ou 3000 ans voire - voire + selon le degré de mensonges de l'histoire officielle, enfin des contes enfantins que l'on nous sert.
Rien n'est perdu, si j'arrête de fuir, par contre......................................

Ceci a comme effet d'unir ce que la pensée a désuni pour essayer de l'analyser, ce qui est necéssaire conceptuellement, sinon il n'y a plus de pensée, et nous ne sommes plus là, ni aucun être dit vivant, alors que elle ne devait pas désunir, comme la souffrance et moi sont un seul "objet", le fait de laisser la souffrance libre comme le soleil ou le vent, d'être ce qu'elle est donc va provoquer une étincelle d'éveil dans le cerveau, d'autres capacités vont commencer à se mettre en route, mais là je refuse à aller plus loin dans une tentative de description de moments vécus, ceci n'est pas théorique, parce que ce qui va se passer n'est pas, de ce que je vois, sais et connais par expériences, n'est pas prévisible, cela dit le problème concerné quand il est perçu ainsi a une force que la pensée n'a pas, c'est comme si tout à coup toutes nos cellules savaient ..
Le champ de la pensée est le connu, de notre mémoire personnelle, le champ de nos autres capacités est ce qui est inconnu et inapprochable par la pensée... tout ceci est en fait unitaire et complémentaire mais nous l'avons délié... la violence prend là une de ses origines et n'a rien à voir du tout avec notre passé animal quel qu'il soit, c'est un dysfonctionnement du cerveau de notre fait.....Ceci détruit totalement tous les mythes pseudo néo-conconservateurs et autres mythes plus anciens mais similiaires des déments au pouvoir, entre autre, tout pouvoir est toujours dément, à ne pas confondre bien sûr avec une certaine "autorité" intelligente et bienveillante comme avec les enfants ... mythes qui essayent de justifier ce qui ne l'est pas, je parle des crimes, des vols, des destructions criminelles par les voleurs qui dirigent cette planête et que l'on laisse faire... faisant de tous un collaborateur du pire, fait à ne pas fuir bien sûr, or......
Quitter le champs du connu lorsque l'inconnu frappe à la porte était notre vie, on a choisi de rester dans le connu de la survie, pour des raisons multiples que je n'aborderai pas ici, le sujet étant disponible donc théoriquement et potentiellement là pour tout humain, l'éducation n'a rien à voir avec ce chemin là, elle a toute sa place..AILLEURS !! ....d'ailleurs y a-t-il même un chemin ??? allez-y par vous mêmes vous verrez bien pour vous mêmes....ni dieu , ni maître certes, mais d' Origine Ultime sans début et sans fin, insaisissable etc et de sa présence il est alors question.. car Origine forcément créatrice il y a à un moment X lui aussi inconnu de nous.

Sujet sans fin.....création, changement, mouvement, tout ceci se passant dans un continuum qui dès qu'on le nomme n'est plus ..

Tout ça est "vachement" bien "chiadé"....comme dirait mon dernier, il a 11 ans...et a déjà traversé l'angoisse du refus de la mort... qui reviendra, mais il a appris qu'il n'y a rien à faire avec certaines "choses".... qu'à les laisser, alors d'autres choses encore et toujours imprévisibles se passeront... il a eu son propre regard, sa propre experience lui même. Juste après j'ai vu que l'énérgie étrange était là pour lui, je ne lui ai rien demandé, juste guidé là où la peur essaye d'empêcher d'y aller... car à ce niveau , "on" ne peut rien pour les autres en profondeur.

Respect et robustesse comme disait la haine personifiée Dieudonné mbala mbala, dans un film .

allez en paix donc -)

Thursday, 20 October 2016

Il est tout à fait possible que le but de la vie soit un mythe. Le mythe d’une espèce en souffrance, qui ne sait pas ce que c’est, qui ne cherche pas à savoir ce que c’est et qui étant ignorant invente tout et rien pour essayer de fuir .. la fuite est ce que on appelle la peur .. encore un » non mot« que ce mot de peur...il ne dit rien ou si peu finalement..
Un mythe venu tout droit de nos cerveaux analytiques rétrécis qui ont perdu une énorme partie de leurs »fonctions« ; pour dire une telle chose, c’est que mon vécu est là, comme celui d’autres pour juste dire un fait que je connais par expérience.
Nous survivons, à cause de cela, uniquement avec la partie du cerveau qui contient les moyens d’exister physiquement... la partie qui n’est pas moyen mais la "raison Originelle de la vie", le "sens", ne fonctionne plus, le cœur du fait de »vivre« n’est pas.... notre lien avec L’Origine n’est plus, notre vie n’en est pas une telle que ceal était.............prévu !!!
Le non sens de nos vies est flagrant...sauf de con-sidérer le combat permanent comme un sens profond.
Alors ce qui nous reste de cerveau qui est en souffrance, essaye de nier cela, je vais bien tout va bien !! bien sur cela ne marche pas.. alors »on« sort la grosse artillerie et »on« essaye de créer un sens à notre mesure....et notre mesure qui est de trouver des moyens de nourrir et d’abriter le corps va devenir le sens....le moyen devient le sens, le sens n’est plus....alors le navire chavire et coule.
Notre chemin était d’être ensemble, avec soi même avant tout ce qui n'est plus le cas, nous ne sommes même pas égo-centrés mais en fuite impossible de soi, ceci nous est incconu, avec soi donc et aussi dans le même mouvement avec les gens, la nature, les animaux, le vent, la mort, L’Origine etc et pour ce faire trouver des moyens de le faire tout ensemble, au lieu de cela nous humains handicapés graves du cerveau qui a perdu sa propre balance depuis quelques millénaires, nous utilisons les gens les considérant comme des moyens d’accéder à un sens qui ne sera jamais car il est une chimère. Je ne vis même pas avec moi même.. je suis analytiquement divisé par la pensée qui analyse tout, divisé en moi même donc divisé de tout le reste...l’autre n’existe que si je peux en tirer profit, ceci est une conséquence de la perte de certaines de nos capacités non analytiques, qui ne sont plus la pensée mais autre chose, en fait de pseudo évolution nous régressons de + en +.. avec de plus en plus de machine, car la pensée qui est une machine programmée et limitée donc mécanique fait ce qu’elle sait faire, elle produit des moyens qui donne un monde de machine ou tuer et voler est juste un moyen de résoudre des problèmes...
Dans une telle non vie qui n’a pas de »sens« profond et est souffrance car il y a un manque qui ne justifie plus notre existence même ( je n’aime pas ce mot de » sens« mais par soucis de facilité je le garde) , dans une telle vie sans le "sens" et bien la pensée va essayer de lui en donner un de sens conforme à ce qu’elle peut faire : ce sera des machines à posséder, des buts à atteindre, l'élimination des autres pour être au dessus et la science comme religion...etc la rolex etc, à ne pas confondre avec Solex, à 50 ans en est un signe des plus enfantins.

Eh oui, notre cerveau, pour moi, est resté coincé au stade de l'enfance, il a raté son ouverture au moment crucial ou cela pouvait se passer, pour des raiosn qui feront peut-être l'objet d'un autre article plus centré sur le fonctionnement profond de la pensée et qui montrera que peut-être il n'y a ni quête de sécutité, ni instinct de survie....mais autre chose de plus profond encore derrière. Ceci nous ramenant toujours au fonctionnement et surtout pour nous dysfonctionnement de notre centre de controle, qui a perdu la raison de son existence en route.
Le résultat est une catastrophe mentale pour tous et physique pour les vaincus qu reçoivent de jolies bombes démocratiques, mais rassurez-vous on a des machines.. youpie !! Mais aussi je sais dire trou noir au lieu de trou du cul comme avant l’ère des machines, on n’arrête pas le progrès, justement si on va devoir arrêter les dégats....mais c’est çà évoluer, savoir dire trou noir au lieu de trou du cul...

Certes certains qui sont aveugles au monde donc à eux même, tel qu'ils sont, ont une sort de bonheur éphémère du gagnant qui possède car cela crée une illuson puissante que la vie seait éternelle, avec un seul motif, gagner donc écraser... cette drogue est puissante pour oublier le réel ce qui est le but et rend dément tous ceux qui y touche..et çà fait du monde !! ....tout en niant les effets de cela sur la planète..la guerre, le vol, la pauvreté, la destruction de civilisations etc.. pas de ma faute !! eh si justement..tout compétiteur en puissance, pauvre ou riche est à l'origine de cette démence !
Malgré tout cela il reste la souffrance d’une telle vie qui va alors devenir notre moteur principal au niveau désir.. la pensée binaire qui ne peut résoudre ce problème va quand même essayer faute d’un autre processus qui serait compétent à ce niveau, je dis que ce processus existe l’ayant rencontré comme d’autres l’ont rencontré des fois sans même le savoir, mais globalement il ne marche plus, la pensée est devenue totalitaire à l’intérieur comme elle l’est à l’extérieur car nous n’avons pas fait ce qu’il fallait...quand il le fallait..
Je suis malheureux est le fait, le réel que je vais essayer de fuir ne sachant pas ce que c’est....alors je crée par analyse binaire stupide non réfléchie ni pondérée l’idée qu’il y aurait un bonheur à atteindre....voila le sens que je vais donner...le bonheur....
Le pseudo sens alors imaginé par notre pensée dans la limite de ses moyens, moyens qui sont vitaux pour la survie et totalement néfastes partout ailleurs la survie n’est pas impliquée ...
Ce pseudo sens, cette pseudo quête qui cache en fait une fuite mentale impossible de ce que je suis réellement c’est à dire un être en souffrance, ce pseudo sens va nous enfoncer encore plus vers le fond de la pensée là où elle même n’en peut plus..
Ceci est un processus naturel connue de Mère Nature, de l’Origine, il est même indispensable mais on ne le sait plus .. et comme à part ce que nous sommes devenus TOUT est ce qu’il doit être, et bien même là dans la noirceur profonde de nos vies dénuées de toute raison d’être le retours sur le chemin est toujours là en permanent à chaque instant......
Il n’y a pas d’un coté »moi« et de l’autre la souffrance....il y a juste un état mental unitaire moi dont l’état est la souffrance..
Tant que »moi« essaye d’agir sur ce qu’il croit ne pas être lui dans ce cas la souffrance, il est dans le monde illusoire de sa pensée, ce qu’il croit être n’existe pas..et donc la même situation continue jusqu’au pire, pour nous forcer à enfin arrêter d’analyser la vie car cela fait mal..
Ne rien faire mentalement lorsque je suis en souffrance est une des clés...
La pensée elle veut agir sur un sujet dont elle ignore tout et alors ses réponse ne seront jamais liées au problème, donc jamais solutionnées ..
Ne pas aller bien est un symptôme tout à fait naturel d’erreur, il signale une erreur... mais j’ai expérimenté aussi qu’il est un aussi un catalyseur qui sait ce qu’il doit faire, il faut le laisser libre....alors vivre sa souffrance sans rien en attendre du tout va la résoudre et en montrer pour qui va aller sur ce chemin toutes les subtilités qui se cachent derrière.. petit à petit le fardeau d’une non vie va s’estomper....la seconde naissance mentale à soi même, notre vraie nature va démarrer et ne plus s’arrêter, mais là »je « ne dirige plus, »je« qui est aussi vital comme part du grand tout va alors rester dans son domaine qui est les moyens de survivre avec »art«  et compassion qui est la passion d’être avec les autres, la nature, la vie etc en paix profonde avec soi donc avec les autres,
la paix qui est un effet secondaire de l’éveil à notre nature ...la souffrance est ce qui est en nous pour aller au delà de la pensée qui est et sera toujours guerre....avec la paix au bout quand tout est détruit...
Tout va mal ? c’est tres bien ......
C’est une autre chance pour notre éveil qui va devenir inévitable....ne me demandez pas quand, ceci est une inconnue et dépend de nous même et donc de nous tous à 100%...c’est la masse des pseudo perdants des pseudo paumés, des parias etc qui a la clé, car ne pas aller bien dans ce monde profondément dément est déjà le début de l’éveil de l’intelligence, il faut juste apprendre à savoir que faire ou ne pas faire avec cela.. les leaders et pseudo gagnants ne l’ont jamais eu cette clé.. ils sont encore plus paumés que nous ...
Aide toi et L’Origine t’aidera...